soupes

Soupes d’Automne : 3 recettes pour booster l’organisme !

L’Automne, le temps qui se rafraîchit et les soirées qui se rallongent … C’est bien connu les changements de saisons mettent l’organisme à l’épreuve. Système immunitaire fragile, moral en baisse et fatigue chronique sont autant de signes à prendre en compte. Heureusement, l’alimentation peut rectifier le tir. Je vous propose aujourd’hui 3 recettes de soupes d’Automne pour booster votre organisme. Réalisables en 30 minutes avec des produits de saison ces soupes d’Automne ont de nombreux bienfaits : regain d’énergie, stimulation du système immunitaire, protection de la peau, etc. Réconfort garanti !

Soupes d’Automne : La soupe décongestionnante

 

soupes

La Soupe Petits pois, chèvre & Menthe

Pour 2 personnes

500g de petits pois

1 oignon

½ litre de bouillon de légumes

50g de chèvre frais

Un filet d’huile d’olive

Une quinzaine de feuilles de menthe

Sel, poivre

Préparation

Commencez par émincer finement l’oignon.

Dans une casserole faites chauffer le filet d’huile d’olive. Ensuite, faites revenir l’oignon 2 minutes. Ajoutez les petits pois puis couvrez avec le bouillon de légumes. Laissez cuire à feu moyen pendant 15 minutes. Lorsque la peau des petits pois est attendrie, versez le contenue de la casserole dans le bol d’un Blender. Ajoutez le fromage de chèvre et la menthe fraîche puis mixez le tout. Enfin, salez et poivrez selon vos goûts.

Cette soupe est idéale en Automne, en plus d’être délicieuse elle permet de profiter pleinement des vertus de la menthe. La menthe favorise la digestion et stimule le système immunitaire, elle est très riche en vitamine C. De plus, elle a un effet décongestionnant et permet de lutter activement contre le rhume en libérant le système respiratoire !

 

 

Soupes d’Automne : La soupe aux mille vertus

 

soupes

La soupe Patate douce, betterave, lait de coco & Gingembre

Pour 4 personnes 

2 grosses patates douces

1 betterave rouge

700 ml de bouillon de légumes

200 ml de lait de coco

 2 cm de racine de Gingembre

1 petit oignon

un peu d’huile d’olive

Sel, Poivre

Préparation

Dans une casserole, faites chauffer un filet d’huile d’olive puis ajoutez l’oignon émincé. Laissez cuire l’oignon jusqu’à ce qu’il soit tendre. Ajoutez ensuite les patates douces coupées en gros cubes puis la betterave coupée en petits cubes. Couvrez avec le bouillon de légumes puis laissez cuire une trentaine de minutes jusqu’à ce que les ingrédients soient parfaitement tendres. Dans le bol d’un Blender, versez le contenu de la casserole puis ajoutez le lait de coco et le gingembre. Mixez la soupe jusqu’à obtenir un velouté homogène. Salez, poivrez puis remettez sur le feu doux quelques minutes.

On ajoute le gingembre à la fin pour qu’il conserve toutes ses vertus.

Cette soupe est vraiment parfaite lors des changements de saison. La betterave est un aliment qui possède de très nombreux atouts. Riche en vitamines A, C, B, folates, magnésium, fer et phosphore c’est un concentré de nutriments. Elle permet au système immunitaire d’être renforcé, aux migraines d’être apaisées et au moral d’être reboosté.

Le gingembre quant à lui a un puissant effet inflammatoire, il favorise la digestion et réchauffe l’organisme. Vous l’aurez compris, cette soupe a tout pour plaire.

Si vous n’aimez pas le lait de coco, vous pouvez le remplacer par de la crème de soja ou tout simplement ajouter plus de bouillon à votre soupe.

Si le goût du gingembre vous dérange, vous pouvez aussi le remplacer par de la racine de curcuma dont les effets anti-inflammatoires sont tout aussi intéressants !

 

 

Soupes d’Automne : La réconfortante

 

soupes

 

 

La soupe de Butternut, marrons, orange et épices

Pour 3-4 personnes

500g de courge Butternut

200g de marrons en boîte

Le jus d’1 orange

750 ml de bouillon de légumes

2 gousses d’ail

1 pincée de cannelle

1 pincée de muscade

Sel, Poivre

Préparation

Commencez par découper la courge en gros cubes. Dans une casserole, placez la courge, les marrons égouttés et la gousse d’ail. Couvrez avec le bouillon de légumes. Portez le bouillon à ébullition puis baissez le feu. Laissez cuire une vingtaine de minutes à feu moyen jusqu’à ce que les ingrédients soient tendres. Mettez le contenu de la casserole dans le bol d’un Blender puis ajoutez le jus de l’orange, les épices, le sel et le poivre. Mixez jusqu’à obtention d’une soupe liquide et homogène. Vous pouvez ajouter de l’eau ou de la crème selon la consistance désirée. Ajoutez quelques brisures de marrons sur le dessus puis servez.

Cette soupe d’apparence classique a en réalité plusieurs atouts. L’ajout de jus d’orange apporte un goût unique et une petite touche de vitamine C qui booste le système immunitaire. La cannelle est un des plus puissants antioxydants. Elle est très utilisée dans la médecine ayurvédique pour ses pouvoirs antiviral, antiseptique et anti bactérien.

Enfin, la muscade stimule la digestion et permet de lutter contre le stress, la fatigue et le surmenage !

 

 

Sachez aussi que les changements de saisons ont aussi un effet sur notre peau ! La peau commence en effet à sécher, à tirailler et c’est le moment pour hydrater l’organisme et lui apporter tous les nutriments dont il a besoin. Pour un effet renforcé vous pouvez ajouter à votre soupe après cuisson un filet d’huile de lin ou de noix. Extrêmement riches en Oméga-3, elles ont un effet très positif sur la plasticité de la peau. En plus d’être anti déprime !

En conclusion, grâce à ces soupes d’Automne aux multiples vertus, vous assurer à l’organisme un apport optimal en nutriments. La baisse de l’ensoleillement, le froid et la rentrée n’auront pas votre moral, ni votre santé !

Cet Automne, c’est aussi le moment de faire le plein d’Oméga 3 pour un corps en pleine forme, si vous l’avez manqué je vous invite à lire ->cet article<- sur le sujet !

les lipides

Les lipides : une question de choix !

Longtemps diabolisés et exclus des régimes, les lipides ont été la cible injuste de toutes les accusations. Pourtant lipides et santé vont de pair puisque ces derniers ont un rôle essentiel pour le bon fonctionnement de l’organisme. Tout est en fait question de choix, car tous ne se valent pas. Loin de là. Dans cet article, vous découvrirez le rôle fondamental des lipides sur votre organisme et comment faire les meilleurs choix pour votre santé. Lipides et santé : on fait le point.

Les lipides: Quel rôle dans l’organisme ?

On a pensé pendant longtemps que les lipides ne jouaient qu’un rôle secondaire dans l’organisme. Ils se trouvent que c’est tout le contraire qui se produit. A tel point que l’AFFSA a augmenté en 2010 les apports nutritionnels conseillés en lipides à 35 à 40% de la ration quotidienne. La recherche a en effet mis en lumière le lien étroit entre lipides et santé en identifiant plusieurs rôles indispensables.

Principaux rôles des lipides dans l’organisme :

Ce sont des messagers chimiques : de par leur nature insoluble, les lipides transportent de l’information d’une cellule à l’autre à travers l’organisme.

Les lipides permettent le stockage et l’apport d’énergie

Les lipides forment la membrane des cellules du corps humain, ils assurent un véritable rôle structurel dans l’organisme.

Ils ont un rôle élastique et plastique prépondérant : élasticité de la peau, des cheveux, etc.

Ils contribuent au maintient de la température corporelle en isolant l’organisme du monde extérieur

Les lipides assurent aussi la formation de cholestérol qui, à un taux normal, est vital. Le cholestérol permet la synthèse de vitamine D, de la bile, de nombreuses hormones et assure la fluidité des membranes.

Les acides gras essentiels ont un rôle actif dans la lutte contre l’inflammation et la préservation du cerveau.

Enfin, les lipides permettent le transport des vitamines liposolubles (A, D,E,K) à travers le corps humain, sans quoi leur absorption serait impossible.

Ces nombreux rôles expliquent en partie pourquoi, un régime alimentaire trop pauvre en lipides a des conséquences bouleversantes sur l’organisme. On note d’ailleurs l’arrêt des cycles menstruels chez la femme lorsque son taux de masse grasse est inférieur à un certain pourcentage. Et donc une infertilité, réversible cependant.

les lipides

Les lipides : Toutes les graisses ne se valent pas !

Lorsque l’on parle de lipides il est important de faire des distinctions, comme pour toutes les autres catégories de nutriments. En effet, on sait aujourd’hui que l’effet des acides gras sur la santé peut être complètement différent d’une famille à l’autre.

On différencie :

Les acides gras mono-insaturés :

Lorsque l’on parle d’acides gras mono-insaturés on fait référence aux Oméga-9. Les Oméga 9 ne sont pas des acides gras essentiels puisque le corps peut de lui même les synthétiser. Cependant, de récentes études confirment le rôle des Oméga-9 dans la prévention des maladies cardio-vasculaires, de l’hypertension artérielle et du cancer. Ils font partie des graisses qui vous veulent du bien.

On trouve les Oméga 9 principalement dans l’huile d’olive, de sésame et dans les oléagineux (noisettes, amandes, etc.)

Les acides gras poly-insaturés :

Les acides gras poly-insaturés désignent les Oméga-6 et les Oméga-3. Ces deux acides gras sont dits essentiels puisque le corps n’a aucun moyen de les synthétiser par lui même. C’est à dire qu’ils doivent absolument provenir de l’alimentation.

Les Oméga-6 se trouvent majoritairement dans l’huile de tournesol, l’huile de maïs ou encore l’huile de pépins de raison. Encore une fois, les Oméga-6 sont intéressants puisqu’ils permettent de réguler le taux de cholestérol sanguin et ont un effet protecteur sur le système cardio vasculaire et sur l’apparition de pathologies diverses. Le problème étant que consommés au détriment des Oméga-3, ils empêchent l’utilisation de ces derniers par l’organisme. Nous y reviendrons.

Les Oméga-3 se trouvent majoritairement dans l’huile de lin, l’huile de noix, les poissons gras, le lin et les noix. Nous manquons aujourd’hui cruellement de ces oméga-3 dans l’alimentation. Et pourtant, ils protègent notre système cardio vasculaire, notre cerveau et notre organisme tout entier. De récentes études ont démontré l’effet positif des oméga-3 sur la prévention de la maladie d’Alzheimer, de nombreux cancers et de l’inflammation dans l’organisme.

De manière générale, les acides gras insaturés sont toutes les graisses liquides à température ambiante. Attention cependant, les huiles riches en Oméga-3 ne supportent pas la cuisson puisqu’elles s’oxydent facilement.

Ratio Oméga 6/Oméga 3 : Ce ratio devrait être d’1/4 mais il est malheureusement d’1/20. C’est à dire que notre consommation d’Oméga-3 peine à augmenter pendant que nous consommons 5 fois trop d’Oméga 6. Et ce constat est très décevant puisque de ce fait, nous empêchons les Oméga-3 de tenir toutes leurs promesses. Nous sommes donc plus enclins à l’inflammation, à la baisse de l’immunité et aux problèmes de santé.

Les acides gras saturés :

Les acides gras saturés sont les graisses solides à température ambiante. Elles sont d’origine animales le plus souvent : beurre, crème, fromage, viande, produits industriels. Mais peuvent aussi être végétales : c’est le cas des huiles solides comme l’huile de coco ou l’huile de palme.

Les acides gras saturés sont à limiter absolument. Elles induisent une augmentation du « mauvais » cholestérol sanguin (LDL) et sont à l’origine de formation de plaques athérogènes dans les artères. Elles sont donc, consommées en excès, responsables en partie des maladies cardio vasculaires, de l’obésité et de toutes les pathologies qui en découlent.

Toujours plus présentes dans notre alimentation via notre consommation grandissante de viande et de produits industriels, il faut veiller à les limiter.

Les acides gras trans :

Ils existent deux types d’acides gras, les cis et les trans. Cependant, alors que la forme cis est très majoritaire, la forme trans est très rare à l’état naturel (on la retrouve en faible quantité dans le lait et la viande). Les acides gras trans ont subi des transformations industrielles visant à passer de cis à trans pour solidifier la matière grasse et la rendre moins sensible à l’oxydation. C’est l’hydrogénation. Et voici un formidable moyen pour les industriels d’obtenir des graisses de bonnes textures, moins fragiles, plus faciles à travailler et qui se conservent plus longtemps. C’est l’économie garantie. Sauf que, dans l’organisme les graisses trans sont les premiers responsables de la détérioration des artères, des maladies cardio vasculaires et de l’augmentation du mauvais cholestérol. Ils ont d’ailleurs été interdits dans les restaurants de plusieurs états américains. Malheureusement, pas encore en France.

Voici pourquoi, il est clair que tous les acides gras ne se valent pas. Alors que certains protègent votre organisme (les insaturés) d’autres ne lui rende franchement pas service (graisses saturées et trans). Heureusement, avec quelques bons réflexes en cuisine, il est possible d’inverser la tendance !

 

les lipides

 

Les lipides : Adapter son alimentation.

Varier les huiles !

Pour la cuisson, je recommande d’utiliser l’huile de tournesol ou de pépins de raisin. L’idéal est de rajouter de l’huile crue sur vos poêlées de légumes, vos salades, vos soupes, etc. Dans ce cas, misez plutôt sur l’huile de colza, de noix ou de lin. En effet, ces huiles très riches en Oméga-3 sont idéales mais ne supportent pas la cuisson. Dans le cas de l’huile d’olive, elle supporte très bien la cuisson ne dépassant pas 180° l’idéal est cependant de la consommer crue pour profiter de tous ses bienfaits.

Veillez à utiliser une huile source d’oméga-3 par jour à raison d’une à deux cuillères à soupe pour couvrir tous vos besoins.

Plus de poisson, moins de viande

Comme nous l’avons vu plus haut, la viande contient des acides gras dits saturés. Veillez donc à limiter votre consommation de viande rouge et de charcuterie à une à deux fois par semaine. Le poulet s’il est de bonne qualité peut faire exception, selon son mode d’élevage il contient plus ou moins d’acides gras insaturés.

Au contraire, intégrez les poissons gras à votre alimentation : saumon, maquereau, sardines sont d’excellentes sources d’oméga-3. Je recommande d’en consommer au moins 1 fois par semaine pour couvrir les besoins et inverser le ratio Oméga 3/ Oméga 6 !

Pensez aux oléagineux

Les graines oléagineuses comme les noix, l’amande ou encore la noisette sont d’excellents moyens d’intégrer des acides gras insaturés à l’alimentation. Une petite poignée par jour, consommée telle qu’elle ou saupoudrée sur vos plats participe à la couverture des besoins.

Parmi les oléagineux on retrouve aussi l’avocat et l’olive, n’hésitez pas à les consommer au moins une fois par semaine !

Limiter les produits animaux

Les produits à base de lait comme le beurre ou la crème doivent être limités dans l’alimentation quotidienne. 10g par jour de beurre est un maximum qu’il ne faudrait pas dépasser. Cuisinez avec de l’huile et limitez les plats en sauce à base de crème.

Limiter cette catégorie revient aussi à limiter les produits industriels qui contiennent du beurre et/ou de la crème : biscuits, pâtisseries, plats préparés, etc.

Les lipides : Le label bleu, blanc cœur offre des solutions

Connaissez vous le label bleu blanc cœur ? Vous pouvez le trouver sur certains emballages de charcuteries, de viandes ou d’oeufs. Le principe de ce label part d’un constat simple : La nature des graisses contenues dans les produits animaux dépend de l’alimentation de ces derniers au cours de leur élevage. Tous les produits qui portent ce label sont élaborés à partir d’animaux qui ont été nourris à base de céréales riches en Oméga-3. Résultats : ils ont une teneur très largement supérieure en Oméga-3 par rapport au produit courant. Il fallait y penser !

En conclusion, les lipides ont longtemps été sujets à controverse. Pourtant ils ont un rôle essentiel dans le bon fonctionnement de l’organisme. Encore faut il savoir les différencier et les choisir correctement. Le problème tient en fait plus de notre mode d’alimentation contemporaine qui a tendance à proposer en excès ceux qui nous veulent du mal au détriment de ceux qui nous veulent du bien. Heureusement, en appliquant des conseils simples, il est possible de changer la donne !

 

Et pour une santé optimale, associez les bons lipides à un apport suffisant en fibres ! Dans -> cet article <- , je vous donne mes conseils pour manger plus de fibres au quotidien.

accro au sucre

Accro au sucre : pourquoi et comment le remplacer

L’addiction au sucre est un véritable problème dans notre société, et pour cause, il se trouve absolument partout ! Si bien qu’on considère aujourd’hui qu’un enfant de 12 ans a consommé autant de sucre que son arrière grand père durant toute sa vie. Et le sucre est plutôt meurtrier puisqu’il est à l’origine des mécanismes de toutes les maladies de civilisations (diabète, obésité, maladies cardio vasculaires, etc.). Accro au sucre, nous le sommes tous devenus à des degrés différents, sans vraiment en prendre conscience. Dans cet article, vous découvrirez quelles en sont les conséquences, par quoi remplacer le sucre blanc dans votre alimentation quotidienne et de quels substituts se méfier.

Accro au sucre : des conséquences dévastatrices

Tout d’abord je tiens à rappeler que le sucre blanc est une calorie vide, c’est à dire dont l’organisme n’a pas besoin. Dépourvu de vitamines, de fibres, de minéraux et d’oligo-éléments, le sucre ne sert qu’à notre plaisir. Mais à quel prix ?

Sucre et santé

Le sucre appelle le sucre, qui n’a jamais entendu cette phrase ? Selon plusieurs études américaines le sucre a un pouvoir addictif comparable voire supérieur à celui de la cocaïne. La stimulation sur le cerveau et le comportement des neurotransmetteurs lors d’une consommation de sucre et lors d’une prise de cocaïne sont en tout cas similaires.

Longtemps niées par l’industrie sucrière (la 1ere au monde), ces affirmations sont malheureusement vraies. Et c’est comme cela qu’aujourd’hui nous consommons toujours plus de sucre directement et indirectement (dans les plats industriels). Parce que les fast-food et les géants de l’agro-alimentaires eux i ont bien compris comment nous rendre accro.

Seulement, aujourd’hui nous avons un problème qui deviendra encore plus important pour nos enfants. Car tout ce sucre consommé l’air de rien est le 1er responsable des maux dont nous souffrons de plus en plus. Il n’y a qu’à regarder les chiffres concernant l’obésité, le cancer et le diabète au Japon. Alors que ce pays allait en pleine santé, il a suffi que la mondialisation passe par là pour qu’en mois de 20 ans la situation tourne au drame.

La responsabilité de la consommation de sucre est avérée dans le mécanisme conduisant à la prise de poids et donc à l’obésité et donc au diabète et donc aux maladies cardio vasculaires. Mais cela ne s’arrête pas là. Une consommation trop élevée de sucre est aussi responsable de l’inflammation chronique, de nombreux terrains conduisant aux maladies auto immunes. Et du cancer. De plus de cancer qu’on ne le pense à l’heure actuelle. Aujourd’hui en effet, le rôle du sucre est reconnu dans la survenue des cancers digestifs et du sein seulement. Mais à trop nourrir nos cellules en sucre, peut être sommes nous plus impliqués qu’on ne le croit dans leurs mutations.

Le pire dans tout ça ? L’épidémie gagne les enfants. C’est la première fois dans l’histoire que l’on commence à utiliser le terme d’épidémie de diabète chez les moins de 12 ans.

Où se cache le sucre ? Et pourquoi est on accro au sucre ?

Que ce soit dans votre cuisine ou dans celle des usines agro-alimentaires le sucre s’est imposé comme aliment de BASE. Il rehausse le goût, il rectifie l’acidité, il sert de conservateur. Bref, il est là partout et tout le temps. Et quand on parle de sucre cela ne se limite pas qu’au sucre en morceau que l’on prend au moment du café. Si vous cherchez du sucre, voici où le trouver :

Bonbons et confiseries

Viennoiseries

Tous les gâteaux et biscuits

Plats préparés salés (il paraît que ça donne du goût)

Plats et légumes surgelés préparés

Tous les dérivés du pain (biscottes, pain de mie, etc.)

Laitages sucrés et compotes qui ne portent pas la mention sans sucres ajoutés

La plupart des jus de fruits et des boissons y compris les eaux aromatisées

Les chips, la pizza

Les sauces salées (ketchup, mayonnaise)

Certains fromages fondus

Les conserves

Etc,etc,etc.

La liste serait trop longue. Peut être prenez vous néanmoins conscience de l’intoxication dont nous sommes victimes. Parce qu’en réalité le sucre n’a plus grand chose à voir avec le plaisir du goût sucré. De quoi devenir vraiment accro au sucre! C’est d’ailleurs pour cette raison que je recommande vivement de cuisiner un maximum soi même. Sans quoi, vous n’avez quasiment aucun contrôle sur la quantité de sucre que vous ingérez. Dans la partie suivante, découvrez mes conseils pour substituer le sucre dans vos recettes !

 

accro au sucre

 

Accro au sucre : les meilleures alternatives

Le miel

Le miel est utilisé depuis l’antiquité comme sucrant naturel. Composé de glucose et de fructose il a un pouvoir sucrant largement supérieur à celui du sucre. Il contient en plus des vitamines, des minéraux, des antioxydants des enzymes et potentiellement des bactéries prébiotiques. Le miel a un index glycémique inférieur à celui du sucre et qui varie en fonction du type de miel, résultat il ne stimule pas autant la production d’insuline responsable d’effets indésirables à long terme.

Le miel peut être utilisé pour remplacer le sucre dans la majorité des préparations culinaires. Dans ce cas, on divise la quantité par deux. Par exemple pour 100g de sucre, comptez 50g de miel.

Accro au sucre : La stévia pourrait être une solution

La stévia, issue d’un arbuste originaire d’Amérique du sud est une alternative intéressante au sucre blanc. Des études menées récemment, indiquent que la stévia contribuerait à réguler l’hypertension et le taux de glucose sanguin. Le pouvoir sucrant de la stévia est 200 fois supérieur à celui du sucre, mais elle ne contient pas de calories. Elle peut remplacer le sucre dans des préparation froides ou tièdes, mais son goût sucré disparaît malheureusement à une température supérieure à 120°.

Il faut aussi veiller à la choisir naturelle, car la stévia industrielle est bien souvent blanchie et mélangée avec d’autres édulcorants peu recommandables.

Le sucre de coco

Le sucre de coco est obtenu à partir de la sève de fleur de coco. Il est intéressant pour remplacer le sucre blanc car contrairement à celui ci il n’est pas raffiné. Il préserve donc ses vitamines, minéraux et antioxydants. Son index glycémique est également très bas (inférieur à 30), ce qui en fait un substitut de choix au sucre classique. Comme tous les sucres, il reste à consommer avec modération mais peut facilement s’intégrer à toutes vos préparations culinaires.

Accro au sucre : Le sirop d’érable encore trop oublié

Le sirop d’érable est extrait des racines de l’érable. Il nous intéresse lorsqu’il s’agit de remplacer le sucre en raison de ses nombreux atouts. Il est riche en antioxydants, il contient de l’eau et donc moins de glucose que le sucre classique. Son goût est unique et sa récolte respectueuse de l’environnement. Encore une fois son fort pouvoir sucrant permet de l’utiliser à la place du sucre dans vos préparations. Il a en plus un index glycémique plus bas (environ 50).

Il existe de nombreux substituts au sucre et la liste n’est pas exhaustive puisque d’autres ingrédients comme le sucre des fruits peuvent facilement remplacer ce dernier au quotidien. En revanche, d’autres substituts au sucre sont à éviter car en plus de nous rendre encore plus accro, leur effet sur la santé n’est pas glorieux.

 

accro au sucre

 

Accro au sucre : attention aux faux amis !

L’aspartame

L’aspartame ne permet pas au cerveau de se défaire de son addiction au sucre, il a même été démontré qu’il participe à l’alimenter. De plus, ses effets sur la santé et son rôle dans l’apparition de certains cancers restent à démontrer. L’aspartame n’est pas un bon substitut pour quiconque souhaite soigner son hygiène de vie. Et il en est de même pour tous les produits lights qui en contiennent.

Le sirop d’agave

Le sirop d’agave est considéré comme le plus sain des substituts au sucre. Pourtant, en plus de procédés de récoltes plus que douteux, le sirop d’agave contient 90% de fructose. Et ce concentré de fructose a des effets négatifs sur l’organisme. Il aurait un rôle dans l’apparition de pathologies du foie, du diabète de type deux, du surpoids et d’une hausse du choléstérol sanguin…

Accro au sucre : dites stop au sucre complet/ sucre roux

Sucre blanc, sucre roux, sucre brun… C’est en fait le même combat. Ces deux sucres sont ni plus ni moins que du sucre blanc classique roulé dans de la mélasse. Certes la mélasse contient quelques vitamines mais il faudrait consommer plus d’1 kilo de sucre pour en profiter. Ce que je déconseille.

Le fructose

Pour les mêmes raisons que le sirop d’agave, le fructose est à éviter.

En conclusion, le sucre blanc n’est pas seulement inutile pour l’homme. C’est aussi un véritable poison dont nous sommes tous plus ou moins accro, et pour cause, il se trouve quasiment partout dans notre alimentation. Pour notre santé, réduire cette consommation de sucre est une nécessité. Pour cela, il existe des substituts naturels et intéressants comme le miel ou le sirop d’érable. En revanche, attention aux faux amis tels que l’aspartame ou le fructose qui pourrait compromettrent un peu plus votre santé !

Quelques recettes de snack pour limiter votre consommation de sucre blanc juste ici !!

snack healthy

Snack healthy : 3 recettes pour la rentrée !

Je vous parlais la semaine dernière de la rentrée et de la reprise de bonnes habitudes alimentaires qui vont avec. Toujours dans cet esprit, je vous propose aujourd’hui trois recettes de snack healthy parfaits pour tous les jours. Et si vous avez peu de temps c’est tant mieux puisque ces snacks se préparent en maximum 30 minutes puis se conservent jusqu’à 1 semaine ! Oubliez les barres de céréales et autres en-cas industriels, à l’heure de la pause aussi on veut prendre soin de soi ! Sans plus attendre, voici les recettes de snack healthy qui vont vous faire du bien.

Snack healthy n°1 : La barre de céréales banane chocolat et noisette (sans sucres, sans lactose, sans gluten + idées de déclinaisons).

 

snack healthy

 

Les barres de céréales industrielles sont très souvent un piège : en plus de coûter cher, elles sont peu rassasiantes, bourrées de sucres et de mauvaises graisses.

Avec la recette qui suit, vous allez pouvoir profiter du même plaisir sans culpabilité. En plus d’être délicieuses ces barres de céréales se composent de fruits, de noisettes entières, de chocolat noir et de muesli riche en fibres. Elles se conservent une semaine et s’emportent partout !

 

Pour une quinzaine de barres de céréales

180g de muesli sans gluten

1 banane bien mûre

40g de sirop d’érable

60g de noisettes concassées

40g de chocolat noir 70%

15g de poudre de cacao (type Van Houten)

 

  • Commencez par préchauffer votre four à 180°
  • Premièrement, dans un bol écrasez la banane à l’aide d’une fourchette puis ajoutez le sirop d’érable et la poudre de cacao. Vous devez obtenir une purée de fruit sans grumeaux.
  • Puis, dans un saladier, mélanger ensemble les noisettes concassées, le muesli, et les pépites de chocolat.
  • Ajoutez la purée de fruit aux ingrédients secs. Mélangez jusqu’à obtention d’un mélange homogène, la purée de fruit doit avoir imprégné le reste des ingrédients.
  • Dans un plat rectangulaire allant au four recouvert de papier sulfurisé, placez la préparation.
  • Bien aplatir pour faciliter la découpe des barres de céréales.
  • Ensuite, enfournez 20 à 25 minutes.
  • A la sortie du four démoulez la préparation. Une fois tiède découpez des barres de céréales d’environ 3cm.
  • Pour finir, laissez refroidir et conservez jusqu’à une semaine dans une boîte hermétique.

Variations : Vous pouvez remplacer le muesli sans gluten par un muesli classique ou des flocons d’avoine. Les noisettes peuvent être remplacées par des noix, des amandes ou des cacahuètes. Vous pouvez substituer les pépites de chocolat par des raisins secs préalablement trempés dans de l’eau chaude. Enfin, le miel peut tout à fait remplacer le sirop d’érable. L’important est juste de respecter la proportion ingrédients secs / ingrédients humides. Pour le reste : libre à vous d’imaginer d’autres recettes !

 

Snack healthy n°2 : Les Energy Balls (sans sucres, sans lactose,  sans gluten, sans cuisson)

 

snack healthy

 

Encore peu répandue en France, l’Energy Ball est une star dans les pays anglo-saxons. Et pour cause, elle se réalise à base d’ingrédients crus et est très riches en vitamines, minéraux, fibres et oméga 3. En cas de coup de barre dans la matinée, ou juste avant une séance de sport c’est la recette parfaite pour retrouver de l’énergie rapidement. Ici encore, c’est le fruit qui sert de sucrant c’est donc une recette sans complexe que je vous propose. Le goût et la texture s’apparentent à ceux d’un brownie en beaucoup plus sain.

 

Pour 15 Energy Balls

200g de dattes dénoyautées

100g de noix

4 cuillères à soupe de cacao en poudre

2 cuillères à soupe d’eau

2 cuillère à soupe d’huile de coco

Pour la décoration : de la noix de coco râpée, des graines de chia, du cacao en poudre ou de la poudre d’amande

 

  • Premièrement, dénoyautez les dattes et les tremper 2 minutes dans de l’eau chaude (non bouillante).
  • Ensuite, à l’aide d’un Blender mixez d’abord les noix. Ensuite, mixez ensemble tous les ingrédients jusqu’à obtention d’une pâte homogène.
  • Réalisez de petites boules de la taille d’une noix dans le creux de votre main.
  • Dans une assiette placez au choix de la poudre de cacao, de la noix de coco râpée, de la poudre d’amandes, etc.
  • Roulez les boules pour en recouvrir la surface.
  • Puis placez-les dans un plat en les espaçant. Réfrigérez pour au moins une heure.
  • Enfin, vous pouvez à présent les stocker au réfrigérateur dans une boîte hermétique pendant 1 semaine.

 

Les noix sont très riches en Oméga 3 et en énergie, vous pouvez cependant les remplacer par des noisettes ou des amandes si vous le souhaitez. Ces Energy Balls sont parfaites pour le goûter des enfants, ils peuvent en plus facilement vous aider à les réaliser !

Snack healthy n°3 : le Banana Bread aux graines & Noix (sans gluten, sans lactose)

 

snack healthy

 

Le banana Bread est le snack healthy par excellence. Il est idéal pour le petit déjeuner ou pour une collation équilibrée.  Cette version sans gluten et sans lactose permet une meilleure digestion pendant la journée. Le banana Bread se conserve très bien, les bananes et les oléagineux qu’il contient vous donneront de l’énergie sur la durée. C’est un parfait compromis pour celles et ceux qui ont tendance à avoir envie de sucré dans la journée et pour les sportifs !

 

Pour 8 personnes

3 bananes très mûres

2 œufs

80ml d’huile de colza ou de coco

80ml de lait d’amande ou de lait de votre choix

80g de sucre de coco

230g de farine sans gluten (j’utilise le mix 3 farines de Bjorg)

70g d’amandes ou de noisettes en poudre

¼ de cuillère à café de bicarbonate

1 cuillère à café de Cannelle ou vanille

 

  • Préchauffez le four à 170°
  • Dans un saladier, réduire les bananes en purée homogène. Ensuite, ajoutez les œufs, l’huile, le lait puis mélangez.
  • Ajoutez ensuite la farine, la poudre d’amandes, le sucre, la vanille ou la cannelle, le bicarbonate et une pincée de sel. Mélangez bien jusqu’à obtention d’une pâte à gâteau homogène.
  • Versez dans un moule à cake puis enfourner 45 minutes à 1heures, pour vérifier la cuisson enfoncer la lame d’un couteau au centre du cake. Si elle ressort sèche, c’est prêt.
  • Enfin, laissez refroidir avant de déguster. Vous pourrez conserver ce cake au frais dans une boîte hermétique pendant 5 jours à 1 semaine.

 

Pour les plus gourmands, ajoutez quelques pépites de chocolat noir ou 2 cuillère à soupe de cacao en poudre (type Van Houten). C’est un régal assuré !

 

J’espère que cet article vous a plu. Avec la reprise, nous avons moins le temps de cuisiner et plus tendance à acheter des biscuits industriels pour satisfaire nos petites faims durant la journée. Ce qui n’est pas l’idéal à bien des égards. Maintenant, avec ces trois recettes de snack healthy et irrésistibles, vous aurez de quoi combler vos petites faims sainement.

Pour d’autres astuces spéciales rentrée et cuisine rapide, je vous invite à lire cet article !

cuisine rapide

Cuisine rapide : Comment gagner du temps en cuisine !

C’est la rentrée, l’occasion de prendre de bonnes habitudes ! C’est aussi le retour des journées bien remplies et franchement fatigantes. Au niveau alimentation, c’est le moment ou l’on a tous besoin d’une cuisine rapide et simple et de quelques conseils pour gagner du temps en cuisine. Ça tombe plutôt bien puisqu’aujourd’hui je vous propose 5 astuces qui vous permettront de reprendre le rythme en douceur tout en mangeant de bons petits plats sains et savoureux ! Plus question de passer 3 heures derrière les fourneaux, vous allez voir qu’avec une bonne organisation manger sainement demande en fait très peu de temps.

Voici les 5 conseils pour une cuisine rapide.

 

Gagner du temps en cuisine : Cuisinez en plus grande quantité

Lorsqu’on est 3 à table, on a plutôt tendance à cuisiner pour 3. Pourtant il ne prend pas plus de temps de doubler les proportions d’une recette et au final vous pouvez y gagner un temps précieux. En effet, lorsque vous cuisiner un plat qui s’y prête (lasagne, wok, gratin, mijoté, etc.) pensez à en faire plus. Vous pourrez ensuite congeler les restes en portions ce qui vous permettra d’avoir soit un déjeuner tout prêt pour les jours à venir. Soit un dîner qu’il ne vous restera plus qu’à décongeler le jour où vous n’aurez vraiment pas le temps de vous mettre en cuisine.

Quasiment tous les plats courants supportent bien la congélation, il suffit d’y penser. Veillez cependant à ne jamais re-congeler un plat qui l’a déjà été ou qui a été préparé à base de produits déjà surgelés, c’est dangereux au niveau bactériologique.

 

cuisine rapide

 

Cuisine rapide : Planifiez vos repas

Planifier vos repas est une question d’habitude et ça ne vous prendra que quelques minutes. Au bout du compte vous gagnerez beaucoup de temps en allant faire vos courses puisque vous saurez exactement ce qu’il vous faut. De plus, rien de tel pour une cuisine rapide. En effet, plutôt que de passer 20 minutes à vous demander ce que vous allez bien pouvoir improviser pour le dîner il vous suffira simplement de vous y mettre.

Planifier les repas permet aussi de faire des économies, vous serez moins tenté de mettre n’importe quoi dans votre caddie puisque vous saurez exactement ce dont vous avez besoin. Cela permet aussi de prendre le temps de rechercher des recettes équilibrées que vous ne faites pas d’habitude. En plus de gagner du temps en cuisine, cette habitude a de nombreux avantages !

Cuisine rapide : Le surgelé est une bonne alternative

Quand je dis surgelé je ne parle pas de plats préparés surgelés ! La distinction est importante puisque les produits surgelés naturels (sans préparation) sont très intéressants. En effet, ils conservent une grande partie de leurs vitamines et minéraux et leur valeur énergétique est équivalente au produit brut. C’est le cas des légumes surgelés, du poisson, de la viande, etc. Toujours avoir des produits surgelés chez vous, c’est une bonne astuce pour gagner du temps sur le nettoyage, l’épluchage et le découpage.

Cependant, attention il est très important de bien choisir vos produits surgelés ! En effet tous les plats déjà préparés, les légumes préparés en poêlé, les tartes salés, etc. ne sont pas des produits très intéressants du point de vue santé. Ce sont des produits déjà cuisinés avec un ajout de graisses (souvent saturées), de sucre, d’additifs, etc. Il faut donc faire attention à rester simple !

 

cuisine rapide

 

Gagner du temps en cuisine : Pensez simplicité

On pense souvent que pour avoir un repas équilibré il faut une entrée, un plat et un dessert. Ce n’est pas toujours vrai ! Je m’explique. Pour un repas du soir surtout, un plat complet peut être largement suffisant s’il contient tout ce qu’il faut.

Plutôt que de devoir cuisiner 3 plats différents, avec une vaisselle multipliée par trois misez sur des plats complets.

Pour être complet, un plat doit en général contenir des protéines animales ou végétales, des légumes et des glucides. Et il existe beaucoup de plats simples qui réunissent tous les critères.

C’est le cas du wok, des salades composées, de nombreux gratins, etc.

Vous pouvez tout à fait ajouter quelques pommes de terre à un plat mijoté, quelques pâtes à un gratin de légumes, un peu de quinoa dans une salade composée. Et ça suffit !

 

cuisine rapide

 

Cuisine rapide : Toujours des basiques dans vos placards

Si vous avez manqué l’astuce n°2 ou simplement pas eu le temps de planifier vos repas misez sur des basiques.

Beaucoup d’ingrédients basiques devraient avoir toujours leur place dans une cuisine. C’est le cas du riz, des légumineuses (lentilles, pois chiches, haricots), des œufs, du poulet, etc.

De plus, n’oubliez pas d’avoir toujours les bonnes épices et condiments : lait de coco, moutarde, curry, herbes de Provence, etc.

Il n’y a rien de plus simple qu’une cuisine rapide lorsque l’on a sous la main les bons ingrédients. Et en plus, cela permet de varier les plaisirs à partir d’aliments de base à priori similaires. Par exemple, choisir de cuisiner un simple morceau de poulet avec du curry et du lait de coco c’est un dépaysement assuré en un rien de temps.

En conclusion, la rentrée est l’occasion de reprendre de bonnes habitudes dans la cuisine aussi. Et avec les bonnes astuces il est très simple de gagner du temps en cuisine. La cuisine rapide passe par un peu d’organisation, de bons réflexes et de simplicité. Au bout du compte, en suivant ces quelques astuces cuisiner sainement et rapidement ne vous aura jamais paru aussi facile !

Si vous l’avez manqué, je vous invite à relire cet article, qui vous donnera certainement beaucoup d’autres idées !

Et vous , quelles sont vos astuces pour gagner du temps en cuisine ?