Bienfaits de l’huile de coco : mythe ou réalité ?

bienfaits de l'huile de coco

Récemment, j’ai reçu plusieurs questions concernant l’huile de coco. Aujourd’hui, j’ai donc décidé d’y répondre par un article complet et détaillé. En quelques années, l’huile de coco est devenue un super aliment incontournable tant en cuisine que dans la salle de bain. Pourtant, ses intérêts divisent. Perte de poids, prévention des maladies, anti-cholestérol… Quels sont les véritables bienfaits de l’huile de coco ? Je vous donne quelques éléments de réponse dans cet article !

 

L’huile de coco, c’est quoi ?

Pour bien comprendre cet aliment et ses intérêts santé, encore faut-il savoir comment il est obtenu. En réalité l’huile de coco est une huile solide à température ambiante et de couleur blanchâtre. Elle est issue de la chair de la noix de coco et peut être désodorisée (odeur neutre) ou conserver un goût subtil de noix de coco après extraction. Aussi, il est essentiel de distinguer huile de coco et huile de coprah. Bien qu’issues du même fruit, ces deux huiles sont différentes. En effet, l’huile de coco est une huile vierge issue de la pulpe séchée tandis que l’huile de coprah est obtenue après pressage à chaud. Cette dernière sert majoritairement à fabriquer le monoï.

 

Composition de l’huile de coco

Les bienfaits de l’huile de coco, supposés ou réels, viennent avant tout de sa composition unique. Comme son aspect solide à température ambiante l’indique, l’huile de coco est très riche en acides gras saturés. En effet, l’huile de coco a plus la texture du beurre que celle de l’huile d’olive. En moyenne, l’huile de coco contient plus de 84% d’acides gras saturés. Soit, six fois plus que l’huile d’olive et un peu plus que le beurre (63%). Parmi ces acides gras saturés, l’acide laurique est un constituant important de l’huile de noix de coco. En effet, il fait partie des TCM, ou triglycérides à chaîne moyenne, qui sont une catégorie spécifique d’acides gras saturés reconnue comme moins nocive pour la santé de l’organisme. Aussi, l’huile de coco contient des antioxydants et une petite proportion d’acides gras poly et mono insaturés.

 

Bienfaits de l’huile de coco sur la santé : info ou intox ?

 

bienfaits de l'huile de coco

 

Maintenant que nous la connaissons mieux, que faut-il penser des bienfaits de l’huile de coco sur la santé ? Cette graisse décrite comme un véritable miracle par certains est-elle aussi incroyable qu’on voudrait nous le faire croire ? Voici quelques éléments de réponse tirés des dernières analyses connues. Et attention aux raccourcis !

 

Huile de coco et cholestérol

Parmi les bienfaits de l’huile de coco largement mis en avant, on retrouve son supposé effet positif sur les taux de cholestérol. Ici attention, il semblerait que de nombreux raccourcis soient encore faits. D’après les résultats de diverses études, l’huile de coco permet d’élever le taux de « bon » cholestérol (HDL-Cholestérol), ce qui est une excellente nouvelle ! Toutefois, et de la même manière, cette huile augmente simultanément le taux de « mauvais » cholestérol (LDL-Cholestérol) de la même manière que le fait le beurre ou tout autre graisse riche en acides gras saturés.

 

Huile de coco et inflammation

On prête à l’huile de coco des vertus anti-inflammatoires et positives sur le système immunitaire. Cet atout serait lié à la teneur importante de l’huile de coco en TCM. Souvenez-vous, cette catégorie particulière d’acides gras aurait des effets santé bénéfiques. Cependant attention, ici encore il semblerait que les conclusions soient un peu hâtives.  À ce jour, aucune étude n’a clairement démontré les bénéfices de l’utilisation de l’huile de coco en cas de pathologie inflammatoire.

 

bienfaits de l'huile de coco

 

L’huile de coco pour perdre du poids

Un des autres bienfaits de l’huile de coco serait d’aider à perdre du poids. Toutefois, ce n’est pas tout à fait vrai. En effet, l’huile de coco reste un corps gras au même titre que le beurre ou que les autres huiles végétales. Consommée en excès, elle favorise donc la prise de poids. De récentes études démontrent la capacité de l’organisme à utiliser les TCM au lieu de les stocker. Ainsi, on peut dire que la consommation modérée d’huile de coco ne favorise pas la prise de poids. En revanche, cela ne veut en aucun cas dire qu’elle aide à perdre du poids. Pour atteindre ou maintenir un poids de forme, les acides gras saturés ne doivent de toute façon pas dépasser 10% de l’apport énergétique total.

 

Bienfaits de l’huile de coco sur le cerveau

De nombreuses études en cours tendent à démontrer les bienfaits de l’huile de coco sur le cerveau, et dans le traitement de la maladie d’Alzheimer notamment. À la source de ces bénéfices, il y a un ensemble de mécanismes encore à l’étude : insuline, action des TCM et intérêts des corps cétoniques. Pour l’instant, rien n’est encore précisément démontré. De plus, l’huile de coco pourrait être une source secondaire d’énergie plus stable et moins nocive pour le cerveau. Toutefois, il faudrait pour en profiter revoir complètement l’alimentation classique en coupant l’apport en glucides pour pousser le cerveau à se tourner vers les lipides. Au vu de l’alimentation moderne riche en sucre et en produits raffinés et sans changements profonds, pas sûre que l’huile de coco représente réellement un intérêt pour la santé du cerveau.

 

Autres usages de l’huile de coco

Les bienfaits de l’huile de coco ne s’arrêtent pas à la cuisine ! Elle est présente aujourd’hui dans de très nombreuses préparations cosmétiques. Par exemple, on la trouve dans les masques pour cheveux, crèmes pour le corps, soins du visage, etc. En effet, l’huile de coco est un produit cosmétique utilisé depuis des millénaires pour favoriser l’éclat de la peau, des cheveux et même des dents ! D’ailleurs, si vous ne connaissiez pas, je vous invite à découvrir cet usage !

 

En conclusion, l’huile de coco a une composition très singulière. Cela donne lieu depuis plusieurs années à quelques spéculations quant aux bienfaits de l’huile de coco pour la santé. Si cette huile a toute sa place consommée avec modération dans le cadre d’une alimentation variée, il est impératif de rester prudent et veiller à contrôler son utilisation. En effet, la plupart des vertus mises en avant ne sont appuyées par aucune étude scientifique. Mais les choses peuvent encore changer dans les années à venir, affaire à suivre !

Connaissez-vous le sucre de fleur de coco ? Je vous invite à découvrir ou re découvrir ses intérêts santé et minceur, c’est par ICI ! 

Manger de saison : pourquoi c’est capital ?

manger de saison

Si vous me suivez sur ce site, vous savez très certainement que je mets un point d’honneur à manger de saison. Pourtant, et malgré mon insistance, je ne me suis jamais vraiment expliquée sur le sujet. Pourquoi est-il capital d’insister sur l’alimentation de saison ? Nous allons le voir dans cet article, les végétaux de saison ont de très nombreux avantages : santé, budget, goût, etc. Je vous livre aussi toutes mes astuces pour consommer des végétaux de saison facilement !

7 bonnes raisons de manger de saison

En réalité, il n’y a que des avantages à manger de saison. Ici, voici une liste non exhaustive des atouts des fruits et légumes de saison. Si vous faites partie des personnes qui consomment des fraises en décembre, j’espère sincèrement que cet article vous incitera à changer vos habitudes de consommation et votre point de vue sur la question.

1. Nutrition

D’un point de vue nutritionnel, les fruits et légumes de saison sont bien meilleurs. En effet, lorsque les végétaux poussent dans l’environnement qui leur est optimal (en pleine saison), ils bénéficient alors de tous les éléments nécessaires à la synthèse de nutriments. Soleil, pluie, humidité, température, sont autant d’éléments naturels qui influencent directement la maturation des végétaux et leur valeur nutritionnelle. Ainsi, les végétaux cultivés en pleine saison concentrent de ce fait beaucoup plus d’antioxydants, de pigments, de vitamines, de sucres et de minéraux que les autres. D’ailleurs, cela se voit tout de suite. Pour en être convaincu, pensez simplement à l’allure d’une tomate en hiver.  

2. Santé

Manger de saison c’est aussi avoir une alimentation plus adaptée à l’organisme et beaucoup plus instinctive. En effet, la nature est bien faite et sait nous proposer les bonnes choses au bon moment. Par exemple, lorsqu’il fait chaud en été on a accès à une majorité de fruits et légumes très riches en eau : tomates, concombre, pastèque, etc. Au contraire, en hiver le système immunitaire est aux aguets et la nature nous offre des végétaux plus denses et concentrés en vitamine C : kiwi, courges, agrumes, etc. En plus, les fruits et légumes locaux et de saison ont besoin de moins de produits chimiques pour atteindre leur pleine maturité. Moins de pesticides, c’est aussi par là que passe la santé !

3. Environnement

Bien évidemment, la consommation de végétaux de saison implique la consommation de produits non importés. Pour l’environnement, cette manière de consommer fait toute la différence. En effet, le transport des fruits et légumes importés par bateau ou par avion a un impact considérable sur l’environnement. Selon moi, cette dimension écologique doit désormais faire partie intégrante d’une alimentation saine et consciente.

 

manger de saison

4. Éthique

Manger de saison, comme nous allons le voir après, peut facilement être conjugué avec manger local. En effet, pourquoi aller chercher plus loin alors que la nature nous met à disposition tout le nécessaire à portée de mains ? Par extension, la consommation de végétaux de saison peut être une formidable manière d’encourager les producteurs de sa région ainsi que les circuits courts de distribution. De ce fait, d’un point de vue éthique, cette attitude a donc un avantage de taille.

5. Diversité

À mon sens, il est très stimulant de composer son assiette avec ce que nous offre la saison. Au fil de l’année, manger des végétaux de saison fait appel à la créativité et incite à la diversité. Aussi, comme toute saison a ses propres fruits et légumes, cela permet de découvrir de nouvelles recettes et de nouvelles associations sans jamais manger la même chose ! Si vous avez tendance à manquer d’imagination, n’hésitez pas à aller faire un tour dans la rubrique recettes de ce site pour avoir accès à une tonne de recettes de saison.

6. Budget

Enfin, manger de saison est très économique. En effet, et pour reprendre l’exemple des tomates, c’est en pleine saison que leur prix est le plus attractif. En revanche, si vous décidez de manger des tomates pour Noël, cela risque de vous coûter très cher. Sans parler du goût. En général, sur les marchés ou dans les supermarchés, les fruits et légumes de saison sont toujours largement mis en avant et leur prix défie toute concurrence. Enfin, il me semble que cette question du budget est primordiale quand on entend (à tout va) dire que bien manger coûte cher.

7. Goût

C’est évident, manger de saison c’est aussi vraiment meilleur !

 

6 astuces pour se tourner vers une alimentation de saison

manger de saison

 

Manger de saison, en théorie c’est très bien. Mais comment faire en pratique pour arrêter de se faire avoir et être certain de consommer les bonnes choses au bon moment ? Voici quelques astuces :

 

Avoir systématiquement le calendrier des fruits et légumes de saison à portée de mains.

C’est la base quand on souhaite manger de saison, et s’y retrouver. Sur Google, il est désormais possible de trouver des calendriers des fruits et légumes de saison très facilement. Il vous suffit d’en imprimer un et de le coller sur votre frigo pour ne plus oublier l’importance d’une cuisine de saison !

Faire les marchés de producteurs locaux

Comme nous l’avons vu plus haut manger de saison rime souvent avec manger local. De ce fait, les marchés de producteurs locaux sont l’endroit parfait pour tout concilier : circuits courts, alimentation de saison et alimentation locale !

Se tourner vers les AMAP et paniers de produits locaux.

Désormais, toutes les régions proposent des paniers de fruits et légumes de saison remplis par les producteurs du coin. Il suffit simplement de s’inscrire puis de retirer son panier pour pouvoir profiter de fruits et légumes de qualité et de saison.

 

manger de saison

 

Toujours garder un œil sur la provenance des fruits et légumes consommés

Par manque de temps, il nous arrive tous de se retrouver au rayon fruits et légumes d’un hypermarché. Dans ce cas, faites attention à la saisonnalité et à la provenance des végétaux sur les étales. En effet, pourquoi acheter des tomates venant d’Espagne en plein mois d’août ? Pour finir sur ce point, retenez que l’alimentation saine est un ensemble de bons réflexes.

Aller cueillir soi-même ses fruits et légumes à la ferme ou dans des « cueillettes ».

En effet, de nombreuses régions disposent de lieu de cueillette. Le principe ? Allez soi-même cueillir ses fruits et légumes dans des champs mis à disposition. En plus de l’assurance de manger de saison ce qui pousse à côté de chez soi, cette alternative est ludique et très économique. Le consommateur ne paye pas la culture des végétaux, ni leur stockage.

Utiliser les recettes du site Nutrition Impact et mon calendrier des recettes de saison !

Évidemment 🙂 ! Sans vouloir me faire à tout prix de la publicité, sachez que vous avez à disposition sur ce site des recettes de saison chaque semaine et tout au long de l’année. Aussi, n’hésitez pas à venir y puiser votre inspiration aussi souvent que vous le souhaitez.

 

Tableau simplifié des fruits et légumes de saison

Enfin, voici un dernier petit coup de pouce pour manger de saison plus facilement : un tableau simplifié des fruits et légumes par saison. Évidemment, selon les années et les températures, il est possible de devoir adapter un peu ce tableau que je vous donne à titre indicatif.

 

Été

Automne

Hiver

Printemps

Concombre

Tomate

Courgette

Poivron

Haricots verts

Abricot

Melon

Pastèque

Figue

Pêche

Choux

Céleri

Panais

Courges

Topinambour

Fruits oléagineux

Raisin

Pomme

Poire

Coing

Endive

Salsifis

Courge

Mâche
Poireau

Orange

Mandarine

Pamplemousse

Kiwi

Fruits exotiques

Asperge

Petits pois

Épinard

Chou-fleur

Navet

Rhubarbe

Fraise

Cerise

Groseille

Prune

 

En conclusion, manger de saison doit faire partie intégrante d’une alimentation saine et variée. Selon moi, la saisonnalité doit être un fil conducteur à partir duquel il faut constamment s’adapter pour répondre aux besoins spécifiques de l’organisme. En effet, cela n’a que des avantages et n’est pas si complexe lorsque l’on connaît les bonnes astuces !

Alimentation du sportif en 5 questions (interview Hubert)

alimentation du sportif

Récemment, j’ai eu le plaisir d’être interviewée par l’entreprise Hubert et de répondre à quelques questions autour d’un sujet très spécifique : l’alimentation du sportif.

Ce sujet pouvant intéresser tout le monde, je partage avec vous ici quelques extraits de réponses. En attendant la retranscription complète de l’interview en vidéo sur le site Hubert.

Les éléments de réponse fournis dans cet article sont à adapter à chaque sportif, et à ses besoins spécifiques.

 

Peux-tu nous parler de l’alimentation du sportif ?

L’alimentation du sportif est un sujet aussi vaste que complexe. En premier lieu, il est important de souligner que le sport et la nutrition sont deux domaines quasi indissociables. De ce fait, la nutrition est un véritable facteur de réussite sportive. Une alimentation adaptée permet conjointement d’améliorer la performance, de diminuer le temps de récupération et d’éviter certains accidents et blessures. En la matière, il n’existe pas de règles toutes faites mais au contraire l’alimentation du sportif doit être strictement adaptée aux besoins nutritionnels spécifiques de chaque sportif. Selon son sport, ses objectifs et son organisme.

Macro et micronutriments en nutrition sportive

Évidemment, les macronutriments ont une importance capitale dans l’alimentation sportive. Les glucides sont la première source d’énergie du sportif. Les protéines, quant à elles, permettent la bonne reconstruction du muscle après l’effort et les lipides sont sources d’énergie secondaire. Les macronutriments ont, en plus de ceux cités juste ici, une multitude de fonctions très importantes dans l’organisme.

Toutefois, et comme c’est parfois le cas, il ne faut pas minimiser l’importance des micronutriments pour le sportif. En effet, les vitamines, minéraux, oligo-éléments et antioxydants ont eux aussi une importance capitale. Les besoins de l’organisme sportif sont majorés et les pertes doivent être absolument compensées.

 

Quels sont les intérêts santé du miel d’acacia et de la spiruline chez le sportif ?

Le miel d’acacia et la spiruline sont deux concentrés de nutriments. Ils peuvent avoir de nombreux avantages lorsqu’ils sont intégrés à une alimentation du sportif équilibrée.

 

alimentation du sportif

 

Miel et sport

Tout d’abord, le miel contient majoritairement des glucides. Il permet donc de fournir de l’énergie tant nécessaire durant la pratique sportive. Toutefois, la nature de ces glucides contenus dans le miel est particulière. En effet, la richesse du miel en fructose lui permet d’avoir un effet moindre sur la glycémie sanguine. Le faible index glycémique du miel permet donc pour le sportif d’avoir une énergie plus stable et plus durable lors de l’effort. Ainsi, cela évite les accidents liés aux variations glycémiques (hypoglycémie réactionnelle par exemple). Après l’effort, le miel permet une bonne reconstitution des stocks de glycogène. Enfin, en plus de tous les micronutriments qu’il contient, le miel est un aliment « prédigéré ». Il est donc facilement digestible et n’entraîne pas d’inconforts digestifs en plein effort.

 

Spiruline et sport

La spiruline, quant à elle, est une cyanobactérie très prisée par les sportifs. Selon l’OMS, il s’agirait même du meilleur aliment pour l’humanité au 21ème siècle. En effet, la spiruline a une teneur record en protéines, de près de 60%. Elle contient tous les acides aminés essentiels, et bien d’autres. Le fer contenu dans la spiruline a une biodisponibilité très importante, 6 fois plus importante que la biodisponibilité du fer contenu dans la viande rouge. Puis, la spiruline est un concentré de micronutriments précieux : vitamines K, E, C, calcium, sélénium, potassium, pigments antioxydants, etc. Dans l’alimentation du sportif, cette cyanobactérie permet donc une couverture plus aisée des besoins majorés pour une meilleure récupération et une meilleure performance. Mention spéciale pour l’intérêt de la spiruline dans l’alimentation du sportif végétarien.

 

Quelle est l’utilité des barres énergétiques chez le sportif ?

Chez le sportif, les barres énergétiques peuvent être intéressantes pour fournir de l’énergie lors d’un effort très intense ou lors d’une activité d’endurance. Dans ces cas, la barre énergétique doit permettre de compenser les pertes et d’aider l’organisme à poursuivre l’effort dans de bonnes conditions et avec suffisamment d’énergie. Une barre énergétique ne doit pas entraîner de désordres digestifs ni de variations trop brutales de la glycémie. Sa composition est donc très particulière. Attention, il ne faut pas confondre la barre énergétique avec une barre de céréales ni avec une barre protéinée. En effet, il s’agit de trois produits très différents.

 

alimentation du sportif

 

Qu’est-ce qu’une barre énergétique de qualité ?

D’abord, une barre énergétique de qualité doit contenir un maximum d’ingrédients naturels. En nutrition sportive, de nombreux produits sont encore beaucoup trop synthétiques. Ensuite, une barre énergétique doit contenir des glucides (plus de 20 g par barre). Dans l’idéal, les glucides contenus dans les barres énergétiques doivent être de différentes natures. Glucose mais aussi maltodextrines ou encore fructose pour un apport en énergie plus stable et plus durable. L’apport en protéines ne doit pas nécessairement être très élevé mais suffisant en acides aminés essentiels et BCAAs.

Au delà de ces deux éléments, une barre énergétique doit contenir suffisamment de micronutriments naturels : vitamine C, antioxydants, sodium, potassium, etc. Mention spéciale pour le sodium dont les pertes sont importantes pendant l’effort et qui permet une bonne assimilation de l’eau et du glucose. Deux éléments indispensables dans l’alimentation du sportif.

 

Les barres énergétiques peuvent-elles faire grossir ?

En réponse à cette question, il est important de re souligner le fait qu’une barre énergétique doit venir compenser un besoin accru et aider l’organisme pendant l’effort. Lorsqu’une barre énergétique est prise à bon escient, il n’y a donc aucune raison qu’elle fasse grossir. En nutrition, tant que les apports énergétiques ne dépassent pas les dépenses énergétiques il n’y a pas de prise de poids. Pour idée, les barres énergétiques sont en général nécessaires après plusieurs heures d’activité d’endurance. Pour être sûr de ne pas consommer ce type de produits à tort, il est impératif de se faire accompagner dans sa pratique sportive par un professionnel de la nutrition. Lui seul saura vous fournir des conseils spécifiques et adaptés à votre organisme et à votre niveau d’activité.

 

Dans quelques jours, vous pourrez accéder à l’intégralité de l’interview vidéo avec plein d’éléments complémentaires : pollen et sport, boissons de l’effort, choisir une barre énergétique de qualité, etc. En attendant, je vous invite à découvrir la gamme Hubert qui propose des produits sportifs 100% naturels et authentiques ! Et qui correspond à tous les conseils relatifs à l’alimentation du sportif énoncés ci-dessus.

Petit déjeuner sain et équilibré : tout ce qu’il faut savoir !

petit déjeuner sain et équilibré

L’importance du petit-déjeuner, aussi appelé repas du roi, semble faire l’unanimité du côté des professionnels de santé. Pourtant, faute de temps ou d’appétit, il est encore trop souvent zappé. Mais qu’est-ce que c’est, au juste, un petit déjeuner sain et équilibré ? Pourquoi en faire tout un cinéma ? Dans cet article, découvrez les intérêts santé d’un petit déjeuner équilibré, les faux amis à éviter et quelques idées de recettes pour démarrer la journée du bon pied !

 

Intérêts santé d’un petit déjeuner équilibré

 

petit déjeuner sain et équilibré

 

Pourquoi tout cet intérêt pour le premier repas de la journée ? Nous allons le voir juste ici, prendre un petit déjeuner sain et équilibré pourrait avoir de nombreuses répercussions positives sur l’organisme.

 

Un petit déjeuner équilibré permet de :

  • Rompre le jeûne de la nuit en apportant à l’organisme des nutriments essentiels
  • Relancer la machine, stimuler le métabolisme et augmenter la dépense énergétique quotidienne
  • Diminuer les fringales, l’attrait pour le sucre et les envies de manger
  • Apporter à l’organisme un quart de ses besoins énergétiques et en nutriments
  • Alimenter rapidement le cerveau et les muscles
  • Augmenter la vitalité et l’énergie sur la journée
  • Améliorer les capacités intellectuelles et cognitives (mémoire, concentration, etc.)
  • Éviter les hypoglycémies dans la matinée
  • Prévenir le surpoids et l’obésité, ainsi que les pathologies qui y sont liées

 

Composition d’un petit déjeuner sain et équilibré

Pour un maximum de bénéfices santé, encore faut-il que le petit déjeuner soit nutritif et composé correctement. Pour vous y aider, voici une liste de ce qui devrait composer un petit déjeuner sain et équilibré.

  • Boisson non sucrée : thé, café, infusion, eau citronnée, etc. Pour réhydrater l’organisme après le jeûne de la nuit.
  • Produit céréalier complet : pain complet, pain aux céréales, muesli, son d’avoine, biscottes, etc. Pour un apport en glucides et une énergie stable sur la matinée.
  • Acides gras essentiels : margarine, oléagineux, beurre, graines, etc. Les acides gras essentiels sont une source secondaire d’énergie et permettent d’alimenter le cerveau et de le préserver.
  • Fruits ou légumes : fruits frais, jus maison, compote, avocat, etc. Les végétaux doivent aussi faire partie d’un petit déjeuner sain et équilibré. Sources de fibres, d’antioxydants et de micronutriments essentiels, ils sont indispensables !
  • Protéines maigres : lait, laits végétaux, produits laitiers, fromage, jambon, purée d’oléagineux, etc. Les protéines favorisent la satiété et sont les substrats essentiels de la fibre musculaire.

 

À l’heure du petit déjeuner : attention aux faux-amis !

Tout d’abord, il faut noter que notre mode de vie actuel et notre société de consommation ont fait du petit déjeuner une vraie source de pièges et d’erreurs nutritionnelles. En cause, le petit déjeuner est peu à peu devenu un produit marketing à part entière. Céréales de toutes les couleurs, viennoiseries, jus de fruits industriels, cacao ultra sucré… L’industrie rivalise d’ingéniosité pour séduire avec des produits de plus en plus dénués d’intérêt santé.

 

petit déjeuner sain et équilibré

 

Parmi les faux amis à fuir pour un petit déjeuner sain et équilibré on retrouve :

  • Céréales petit-déjeuner sucré : au miel, soufflées, au chocolat, etc.
  • Viennoiseries : croissants, pains au chocolats, brioche, etc.
  • Produits céréaliers raffinés : pain blanc, biscottes, pain de mie, pain au lait, etc.
  • Biscuits et gâteaux industriels
  • Jus de fruits qui ne sont pas maison ou 100% pur jus
  • Pâtes à tartiner, confitures, etc.
  • Cacao sucré
  • Barres de céréales industrielles
  • Etc, etc.

Avec ça, pas toujours facile de prendre un petit déjeuner équilibré, surtout lorsque l’on manque cruellement de temps et de motivation au saut du lit ! Pourtant, il existe des petits déjeuners simples, rapides et économiques qui pourraient bien vous faire changer quelques mauvaises habitudes. Rendez-vous en fin d’article pour quelques exemples !

 

Que faire si je n’ai pas faim ou si je manque de temps le matin ?

Deux problématiques majeures se posent à l’heure du petit-déjeuner : je n’ai pas faim et/ou je n’ai pas le temps. Dans ces cas, que faut-il faire ?

Je n’ai pas le temps de manger le matin

Premier cas de figure, vous êtes franchement à la minute près le matin et impossible pour vous d’envisager la prise d’un repas complet. Dans ce cas, il peut être intéressant de s’organiser autrement pour inclure un vrai petit déjeuner à votre routine quotidienne. Première option, optez pour un petit-déjeuner sain mais ultra-rapide et réalisable en moins de 3 minutes. Ou mieux, anticipez la veille au soir en préparant tout à l’avance pour n’avoir plus qu’à mettre les pieds sous la table. Pour cela, je vous donnerai des exemples en fin d’article.

Sinon, il est toujours envisageable de prévoir une collation un peu plus tard dans la matinée, en arrivant au travail ou à la pause café par exemple. En effet, opter pour une collation plutôt que de faire l’impasse totale sur le premier repas de la journée pourrait avoir beaucoup d’avantages santé. Dans tous les cas et même en absence d’un vrai petit déjeuner sain et équilibré le matin, buvez un grand verre d’eau ou une boisson chaude !

 

petit déjeuner sain et équilibré

 

Je n’ai jamais faim le matin, que faire ?

Face à cette question plus que classique, il y a plusieurs écoles ! Je vais donc vous donner ici mon avis de diététicienne, celui que je crois le plus juste. Tout d’abord, prendre un petit déjeuner complet est (comme nous l’avons vu en début d’article) un vrai atout santé. Cependant, cela paraît impossible pour certaines personnes car il manque un élément de taille : l’appétit ! Dans ce cas, je pense qu’il ne faut jamais forcer. Au delà de toutes les recommandations nutritionnelles et de tous les bons conseils, il n’y a qu’un seul maître à bord : vous. En effet, l’organisme et ses sensations alimentaires sont le meilleur indicateur pour savoir quand et quoi manger.

D’ailleurs, le petit déjeuner est un repas assez récent et adapté à notre mode de vie moderne, mais qui n’existait pas chez nos ancêtres. De ce fait, s’il vous est impossible de manger le matin, buvez simplement un grand verre d’eau puis attendez le repas de midi pour faire un vrai repas complet. Ici aussi, la collation du milieu de matinée peut être une excellente solution !

 

3 exemples de petits déjeuners sains et équilibrés

Maintenant, pour vous aider à prendre un petit déjeuner sain et équilibré, voici 3 exemples concrets :

Exemple 1

  • Verre d’eau citronnée
  • 2 tranches de pain complet
  • 10 g de margarine
  • 1 yaourt aux fruits rouges et aux amandes

Exemple 2

  • Thé vert
  • Chia pudding à la noix de coco préparé la veille en 3 minutes
  • Une demie mangue

Exemple 3

  • Café
  • Bol de muesli aux noisettes
  • Lait végétal (ou de vache)
  • Compote de fruit

 

Désormais, avec ces 3 exemples, vous savez désormais préparer un petit déjeuner de qualité et riche en éléments nutritifs essentiels. Bonne nouvelle, ça n’a pas besoin d’être compliqué. Le matin, tout est surtout question de prendre de nouvelles habitudes !

 

Pour conclure, un petit déjeuner sain et équilibré est très important pour l’organisme qui a besoin de nutriments pour bien fonctionner après le jeûne de la nuit. Cependant, attention le petit déjeuner est souvent la source d’erreurs alimentaires ou, pire, d’oubli total ! Pour y remédier, les 3 exemples donnés dans cet article pourront vous être utiles !

Alimentation spéciale ménopause : le guide !

alimentation spéciale ménopause

La ménopause représente pour beaucoup un tournant plein de changements. L’organisme vieillit et certaines grandes modifications s’observent. Sautes d’humeur, irritabilité, vieillissement de la peau, baisse de la libido, prise de poids, et si tout était une question d’hormones ? Mieux : pourquoi ne pourrait-on pas agir sur ces évolutions hormonales pour moins subir les effets du temps qui passe ? C’est en tout cas le but de l’alimentation spéciale ménopause !

Dans cet article, découvrez le rôle du ratio œstrogène/progestérone dans le vieillissement de l’organisme. Découvrez également 5 astuces qui vous permettront de réguler ce ratio pour vous aider à mieux gérer les dérèglements hormonaux !

 

Le ratio œstrogène/progestérone

 

Tout au long de la vie, le corps est soumis à des évolutions hormonales importantes. Autour de 40 ans, les chamboulements hormonaux sont centrés autour de l’activité de deux hormones : l’œstrogène et la progestérone. Ces deux hormones ont une activité antagoniste. En clair, l’élévation de la concentration d’œstrogène entraîne une diminution de la concentration de progestérone. Et inversement.

Autour de 40 ans donc, la concentration d’œstrogène augmente significativement et celle de progestérone diminue. Ce déséquilibre du ratio est responsable de la majorité des symptômes désagréables relatés à la quarantaine et jusqu’à la ménopause : sécheresse, vieillissement de la peau, sautes d’humeur, bouffées de chaleur, prise de poids, fatigue, irritabilité, baisse de la libido, etc. En s’attaquant au rééquilibrage de ce ratio, il est heureusement possible de se libérer de ces symptômes. Voyons comment avec l’alimentation spéciale ménopause.

 

 

6 conseils pour une bonne hygiène de vie et une alimentation spéciale ménopause

 

Prenez soin de votre foie

Le foie, lorsqu’il fonctionne à plein régime, est responsable de la détoxification et de l’élimination des oestrogènes en excès. Pour équilibrer le ratio, il est donc essentiel de tout faire pour garder un foie en pleine santé. Évitez l’alcool, le tabac, les graisses saturées, les additifs, pesticides et toutes les substances pouvant saturer le foie de toxines. Au contraire, dans votre alimentation spéciale ménopause quotidienne, favorisez la consommation d’aliments soutenant l’action du foie : le citron, l’huile d’olive, le radis noir, le thé vert, l’ail ou encore le pamplemousse. En effet, ces aliments permettent de stimuler la production de bile et d’enzymes digestives et donc favorisent le bon fonctionnement du foie.

 

alimentation spéciale ménopause

 

Attention aux xénoestrogènes

Les xénoestrogènes sont des substances synthétiques de notre environnement et qui agissent comme des perturbateurs endocriniens. Ils se lient aux récepteurs des oestrogènes dans l’organisme et perturbent notamment le cycle hormonal féminin. Les plus dangereux sont les phtalates, le bisphénol A, les parabènes et les dioxines que l’on retrouve dans la plupart des cosmétiques et produits d’utilisation courante. De nombreux aliments contiennent aussi des xénoestrogènes. Notamment, c’est le cas des végétaux cultivés avec des pesticides ou de la majorité des produits d’origine animale. Pour vous en protéger, maximisez l’utilisation de produits bio et locaux.

 

L’importance des micronutriments

Une alimentation naturelle, équilibrée et riche en micronutriments a des effets bénéfiques sur l’équilibre du système hormonal. Au contraire des aliments transformés, riches en sucre, en sel, en graisses saturées et en additifs. Aussi, l’intérêt des phytoestrogènes alimentaires pour réguler la sécrétion d’hormones a été démontré. De ce fait, après 40 ans, consommer régulièrement des légumineuses, graines, lin et soja pourrait aider à équilibrer le système hormonal. Aussi, les aliments antioxydants permettent de neutraliser l’excès de radicaux libres. Et, de ce fait,  de ralentir le vieillissement cellulaire dans l’organisme. Ainsi, la consommation quotidienne de fruits et légumes de saison est indispensable pour un organisme plus sain et plus longtemps. Les baies, les fruits rouges, le persil, la carotte, le curcuma et l’artichaut en sont particulièrement riches. Pour plus d’informations à ce sujet, rendez-vous dans cet article !

 

alimentation spéciale ménopause

 

Un sommeil de qualité pour réguler les hormones

Durant votre sommeil, votre organisme sécrète diverses hormones, dont la mélatonine. Une sécrétion optimale de mélatonine correspond à un temps de sommeil optimal. La mélatonine a pour effet de réguler la concentration des œstrogènes. On devine assez facilement qu’un sommeil insuffisant peut contribuer à déséquilibrer le ratio progestérone/œstrogène. Pour un meilleur sommeil, essayez de vous coucher avant 23h et de prévoir un minimum de 7h de sommeil. En effet, il s’agit du temps minimum nécessaire à la bonne production des hormones. Aussi, évitez les écrans dans l’heure qui précède le coucher et favorisez la prise d’un dîner léger contenant une source de glucides. Si malgré cela, vous souffrez de troubles du sommeil, n’hésitez pas à vous tourner vers la phytothérapie ou l’aromathérapie.

 

L’importance de la gestion du stress

Le stress a un effet délétère sur le vieillissement cellulaire. Il aurait aussi une influence négative sur les surrénales, glandes qui participent à la production et à la régulation hormonale. En plus de l’alimentation spéciale ménopause, il est donc primordial d’apprendre à mieux gérer le stress du quotidien. Certaines activités comme le yoga, la relaxation ou encore l’aide d’un sophrologue peuvent vous y aider.

 

alimentation spéciale ménopause

 

Une activité physique salvatrice

L’alimentation spéciale ménopause peut apporter de grands changements. Cependant, en la combinant à une activité physique régulière, vous en optimiserez les effets positifs. Une activité physique quotidienne de 30 minutes permet de sécréter des endorphines, hormones du plaisir, et de conserver un organisme sain. Le sport est particulièrement bénéfique pour le moral et pour la ligne. Mais aussi en prévention de certaines maladies dont la prévalence augmente avec l’âge (cancers, arthrose, etc.). Si vous disposez de peu de temps, essayez simplement d’augmenter progressivement votre niveau d’activité en marchant quelques minutes par jour. Ou en prenant les escaliers, par exemple.

 

 

En conclusion, les modifications qui surviennent après 40 ans, et jusqu’à la ménopause, sont avant tout une affaire hormonale. Le déséquilibre du ratio œstrogène/progestérone en est le premier responsable. Heureusement, des mesures simples et quotidiennes contribuent à maintenir l’équilibre de ce ratio pour conserver un organisme sain et minimiser les symptômes liés aux variations hormonales. C’est le cas surtout de l’alimentation spéciale ménopause !