Toxiques alimentaires : manger c’est risqué ?

toxiques alimentaires

En 2017, alors que manger devrait permettre d’être et de rester en pleine santé, on se heurte à de nombreuses contradictions. Une question se pose alors : Peut-on encore manger sans risquer sa vie ? En effet, les toxiques alimentaires sont partout ! Légumes infestés de pesticides, poulets élevés aux antibios, poissons gavés de métaux lourds, etc, etc.

Alors, comment éviter l’ingestion massive de ces toxiques alimentaires, perturbateurs endocriniens et autres molécules carcinogènes ? Je tente de vous apporter quelques solutions simples dans cet article !

 

Les toxiques alimentaires au rayon fruits et légumes

Les fruits et légumes sont une source majeure de de contamination aux pesticides. Et j’espère ne rien vous apprendre. Une étude récente conclut que 97% des fruits et légumes portent des résidus de pesticides.

Pouvons-nous y renoncer ? Bien sûr que non ! Pour la simple et bonne raison qu’ils sont plein de vitamines, minéraux, de fibres et d’antioxydants. D’après l’OMS, 1,7 millions de vies pourraient même être sauvées si on augmentait ne serait-ce qu’un peu la consommation mondiale de fruits et légumes.

 

toxiques alimentaires

 

Faut-il manger bio pour éviter les toxiques alimentaires ?

Sans détour, oui. Le bio est aujourd’hui la meilleure solution pour la santé. Et même s’il subsiste quelques traces de pesticides dues aux cultures voisines ou aux sols encore partiellement infestés, c’est la meilleure solution ! C’est absolument évident. Mais c’est cher, me direz-vous. Je vous propose donc un compromis un peu plus loin.

Les effets des pesticides sur la santé : troubles de la reproduction, risques pour le fœtus, troubles neurologiques (parkinson entre autres), cancer, lymphomes, etc.

Le bon compromis :

Si vous pouvez vous le permettre, achetez tous vos fruits et légumes en bio et c’est fabuleux ! Sinon, achetez en bio les fruits et légumes qui ne s’épluchent pas (fraises, poivrons, etc.) et lavez, épluchez et re re lavez les autres pour enlever un maximum de résidus de pesticides qui se logent juste dans la peau.

 

Les + contaminésLes – contaminés
Pomme

Fraise

Raisin

Céleri

Pêche et Nectarine

Poivron

Concombre

Tomate

Cerise

Pomme de terre

Laitue

Avocat

Ananas

Mangue

Kiwi

Choux

Patate douce

Melon

Champignons

Papaye

 

Toxiques alimentaires : Faut-il privilégier l’eau en bouteille ?

Sachez que des études très complètes montrent que 98% des français ont accès à une eau courante de très haute qualité. Il arrive parfois que dans les zones rurales, les cultures locales contaminent cette eau mais c’est un fait extrêmement rare. Et quand c’est le cas il y a des mesures de restriction immédiates.

En revanche, l’eau en bouteille pose plusieurs problèmes : premièrement le plastique ça pollue. Deuxièmement, la fabrication des bouteilles à partir de PET (polyéthylène téréphtalate), un perturbateur endocrinien bien connu, n’est pas idéale. En effet, nous ne savons pas aujourd’hui s’il y a transfert ou non de molécules dans l’eau de boisson.

Venons en aux carafes filtrantes. Là encore, la prudence est de mise. Ce procédé favorise la multiplication de bactéries à vitesse grand V. Et si vous optez pour des filtres nettoyants, ils sont à base de sels d’argent, lesquels migrent dans l’eau de boisson.

Le bon compromis :

Consommer de l’eau du robinet ?

 

Les toxiques alimentaires au rayon viande, poisson et produits laitiers.

 

Toxiques alimentaires dans la viande et les produits laitiers

Je vous l’ai déjà dit, en France nous sommes l’un des plus gros consommateurs de viandes du monde. Il serait bénéfique pour la santé et l’environnement de penser à en manger moins. Si vous n’êtes pas au courant, vous pouvez relire cet article.

Le risque c’est que l’on assiste à un usage abusif d’antibiotiques dans les élevages. Les bactéries deviennent alors antibio résistantes et nous aussi ! C’est assez sérieux comme sujet, si la population continue à développer sa résistance aux antibiotiques, c’est une véritable catastrophe sanitaire. Sans parler des OGM qu’il est quasiment impossible de tracer aujourd’hui.

Ah et puis il y a aussi les dioxines (perturbateurs endocriniens) qui se fixent dans la graisse animale que nous consommons.

Le bon compromis : limiter la consommation de viande à 300g par semaine et opter pour une viande artisanale et/ou bio. L’idée c’est moins mais mieux !

 

toxiques alimentaires

 

Toxiques alimentaires dans le poisson

Le poisson est la plus grosse contradiction actuelle, c’est un énorme gâchis. On recommande d’en augmenter la consommation puisqu’il est plein d’Oméga 3 et de bons minéraux. D’autre part, on recommande de limiter sa consommation puisqu’il contient des métaux lourds. Que faire ?

Manger plus de poisson peut augmenter l’espérance de vie à condition de faire les bons choix. Beaucoup de poissons vivent dans des eaux polluées par les déchets industriels, le PCB, les métaux lourds ou encore les pesticides. Sans parler des pratiques d’élevages scandaleuses de certaines espèces. Il est impensable de manger du Panga quand on sait qu’il vit dans les eaux du Mékong (les plus polluées du monde), qu’il est nourrit à base de farine de cadavres d’autres poissons et régulièrement piqué à l’urine de femmes enceintes pour accélérer la ponte. Bon appétit !

Le bon compromis :

Ne plus jamais manger de panga, limiter voire supprimer sa consommation de poissons d’eau douce bio accumulateurs. C’est le cas de l’anguille, la carpe, le barbeau et le silure. Pour le reste, manger du poisson 2 fois par semaine en alternant entre poisson gras (saumon, maquereau, etc.) et poisson maigre.

 

Toxiques alimentaires : Et l’industriel dans tout ça ?

Je l’ai toujours dit mais je ne le répèterai jamais assez : plus vous cuisinerez mieux vous vous porterez ! Je ne vais pas revenir sur les teneurs en sucre, acides gras trans et sel des produits industriels. C’est déplorable. Aujourd’hui je vais me contenter de vous parler des additifs, vrai gros sujet en soi.

Les additifs c’est les colorants (E1xx), les conservateurs (E2xx), les antioxydants (E3xx), les agents de texture (E4xx), les acides (E5xx), les exhausteurs de goût (E6xx) et les édulcorants (E9xx).

Le problème ? Beaucoup ont été classifiés parmi les CMR (cancérogènes, mutagènes, reprotoxiques) et sont un vrai danger pour la santé. Des DJA (doses journalières admissibles) ont été définies pour chacun, seuil en dessous duquel il ne devrait pas y avoir de danger. Seulement, ces DJA n’ont jamais tenu compte de l’effet cocktail ni de l’accumulation de ces différents additifs. Autant dire que ça ne tient pas la route.

Par exemple le BHT (E320) est un vrai danger. C’est un antioxydant très courant qui empêche le rancissement et qui se trouve dans de nombreuses sauces et soupes.

Le 4MEI est contenu dans le colorant caramel E150d. Contenu dans les sodas, il favorise pourtant la survenue du cancer chez la souris …

Le bon compromis :

Lire les étiquettes ! Je vous ai fait une liste des additifs à bannir absolument car classés parmi les CMR.

  • E102 Tartazine
  • E104 Jaune de Quinoléine
  • E110 Jaune Orange S
  • E122 Azorubine, Carmoisine
  • E124 Ponceau 4R, Rouge cochenille A
  • E129 Rouge Allura AC
  • E210 Acide benzoique
  • E320 BHA
  • E520 Sulfate d’aluminium
  • E620 Acide glutamique
  • E621 Glutamate monosodique
  • E951 Aspartame

C’est juste une question d’habitude .

 

Des toxiques dans les équipements de cuisine !

Il ne suffit pas de surveiller le contenant. En matière d’ustensiles de cuisine, il vaut vraiment la peine de faire évoluer certaines habitudes !

Les boîtes hermétiques (ou pas) en plastiques dans lesquelles on a l’habitude de conserver les aliments ne sont pas sans danger. Les canettes et boîtes de conserves non plus. Jusqu’en 2015 elles contenaient du Bisphénol A (BPA), le plus fameux des perturbateurs endocriniens et cancérigènes. Bien qu’il soit interdit depuis, tout ce qui a été fabriqué avant 2015 en contient encore et si ce n’est pas le cas il a été remplacé par d’autres composés pas vraiment meilleurs pour la santé.

Surtout lorsque vous faites réchauffer vos plats dans ces contenants, les composés chimiques migrent dans la nourriture. Le combo micro ondes + Tupperware c’est dangereux!

 

toxiques alimentaires

 

Le bon compromis :

Utiliser toujours des boîtes hermétiques et des conserves en verre !

Attention aussi à l’aluminium contenu dans les conserves et les ustensiles de cuisine. Pour les casseroles mieux vaut remplacer progressivement aluminium et téflon qui contient des composés perfluorés dangereux. Attention aussi aux moules en silicone, une étude a montré que 29% d’entre eux dépassent la teneur autorisée en matière organique volatile libre.

Le bon compromis :

Si vos casseroles sont en alu, remplacez-les tous les 2 ans ou dés qu’elles commencent à être abîmées. Dans l’idéal, optez pour de l’inox ou de la fonte naturelle.

Si vous pâtissez avec des moules en silicone, nettoyez-les et réalisez un chauffage à blanc au four avant chaque utilisation !

 

En conclusion, j’espère que cet article vous aidera à y voir plus clair. Il est vrai que le mode de consommation actuel peut être vicieux et la question de sa dangerosité légitime. Nous ne pouvons pas tout contrôler, c’est évident. En revanche, par des mesures simples nous pouvons nous protéger des toxiques alimentaires majeurs.

Souvenez vous de privilégier le bio pour vos fruits et légumes ou sinon de les laver et de les éplucher. Réduisez votre consommation de viande à 300g par semaine et profitez en pour la choisir de meilleure qualité. Evitez certains poissons. Méfiez vous de certains additifs. Enfin, choisissez avec soin vos ustensiles. L’alimentation représente aujourd’hui 20% des dépenses contre 35% en 1960, un chiffre qui pose question …

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.