Bon ou mauvais cholestérol : 10 questions / réponses

bon ou mauvais cholestérol

Depuis des dizaines d’années, le cholestérol est un vaste sujet cible de tous les amalgames et de toutes les idées reçues. On entend souvent parler de bon ou mauvais cholestérol, du danger de la consommation d’œufs, de l’utilité des stérols végétaux, etc. La liste est longue ! Mais qu’en est-il vraiment ? Et si finalement tout était beaucoup plus simple que ça ? Dans cet article, je vous propose de répondre à 10 questions courantes autour du cholestérol.

 

Le cholestérol c’est quoi ?

Le cholestérol est un lipide de la famille des stérols, indispensable au fonctionnement de l’organisme. On distingue le cholestérol endogène, produit par le foie, et le cholestérol exogène apporté par nos aliments. La majeure partie du cholestérol présent dans notre organisme est endogène, c’est à dire que l’organisme lui même le produit.

 

Pourquoi parle-t-on de bon ou mauvais cholestérol ?

Par abus de langage on entend souvent parler de bon ou mauvais cholestérol. En réalité, il n’existe qu’une seule et unique molécule de cholestérol. Le LDL-cholestérol (mauvais cholestérol) et le HDL-cholestérol (bon cholestérol) désignent seulement des lipoprotéines chargées du transport des molécules de cholestérol dans l’organisme.

Le LDL cholestérol

Dit mauvais cholestérol, c’est une lipoprotéine de basse densité contenant plus de lipides que de protéines et qui a pour mission de transporter le cholestérol du foie vers les tissus. Ce chemin qu’il emprunte a tendance à favoriser les dépôts de cholestérol au niveau des tissus et vaisseaux, c’est pourquoi on qualifie le LDL de mauvais cholestérol.

Le HDL cholestérol

Dit bon cholestérol, est lui aussi une lipoprotéine chargée de transporter le cholestérol dans l’organisme. Elle contient plus de protéines que de lipides et est donc une lipoprotéine de haute densité. Elle est, quant à elle, chargée de transporter le cholestérol en excès des tissus au foie en vue de son recyclage sous forme de sels biliaires. Vous l’aurez compris, le HDL limite la formation de dépôts de cholestérol et est de ce fait protecteur du système cardio-vasculaire. C’est pourquoi on l’appelle aussi « bon cholestérol ».

Maintenant que la distinction entre bon ou mauvais cholestérol est faite, passons aux questions suivantes !

 

Quels sont les rôles du cholestérol dans l’organisme ?

 

bon ou mauvais cholestérol

 

Le simple mot cholestérol suffit parfois à semer la panique la plus totale, pourtant le cholestérol n’est pas nécessairement un ennemi ! détendez-vous, il est même indispensable à la vie… En effet, un taux de cholestérol dans les normes permet de :

 

  • Constituer les membranes des cellules de notre organisme tout entier
  • Synthétiser certaines hormones sexuelles et surrénaliennes
  • Assurer le fonctionnement du système nerveux
  • Former la bile, indispensable à la digestion des lipides issus de l’alimentation
  • Synthétiser la vitamine D dont il est précurseur
  • Maintenir l’éclat et la plasticité des tissus et phanères

 

Vous l’aurez donc compris, point de vie possible sans un minimum de cholestérol. C’est en fait bien plus qu’une simple histoire de bon ou mauvais cholestérol !

 

Comment analyser ses taux de lipides sanguins ?

Nous le verrons plus tard, l’excès de cholestérol dans le sang représente un facteur de risque cardiovasculaire redoutable. Il est donc nécessaire de faire surveiller ses taux de lipides sanguins de manière régulière surtout si vous faites partie des populations à risque. Voici les valeurs normales du bon ou mauvais cholestérol, du cholestérol total et des triglycérides :

 

Valeurs de références
LDL (« mauvais ») cholestérol< 1,6 g/L
HDL (« bon » ) cholestérol>0,35 ou 0,45 g/L
Cholestérol total< 2g/L
Triglycérides< 1,5 g/L

 

Attention, ces valeurs de référence peuvent évoluer selon différents facteurs. Au delà de 60 ans, elles sont plus souples par exemple. En revanche si vous présentez un risque cardiovasculaire accru, ces valeurs seront revues à la baisse.

 

Quels sont les aliments riches en cholestérol ?

 

bon ou mauvais cholestérol

 

Voici 10 des aliments les plus riches en cholestérol :

  • Abats (foie, rognons, ris, etc.)
  • Cervelle
  • Foie gras
  • Jaune d’œuf
  • Crustacés
  • Beurre
  • Fromages
  • Crème
  • Charcuterie
  • Viandes

 

Devrait-on arrêter de manger des œufs ?

C’est une des questions que j’entends le plus souvent lorsqu’il s’agit de cholestérol ! Je risque peut-être de casser un mythe mais NON les œufs ne « donnent » pas de cholestérol. De récentes études (et notamment celle du comité consultatif Américain sur les recommandations alimentaires) démentent le lien entre forte consommation d’œufs et excès de cholestérol dans le sang. Souvenez-vous, le cholestérol est majoritairement synthétisé par le foie (endogène). Seule une petite partie provient de l’alimentation.

La règle est simple, si vous n’avez aucun problème lié à votre taux de cholestérol : mangez des œufs sans aucune crainte. Dans le cas contraire, en cas d’hypercholestérolémie, mangez des œufs aussi mais en vous limitant à 4 à 6 par semaine ! En fait, sachez que votre consommation de fromage, crème, charcuteries et viandes rouges est bien plus néfaste pour votre système cardiovasculaire que votre consommation d’œufs.

 

Faut-il avoir peur du cholestérol ?

Le cholestérol en excès est dangereux. C’est dit. En effet, ce lipide en excès est à l’origine de dépôts et provoque un processus bien connu : l’athérosclérose. Nous en avons parlé lorsque nous abordions le sujet du bon ou mauvais cholestérol. Au niveau des artères irriguant le cœur, les plaques d’athérosclérose provoquent l’obstruction progressive et induisent un risque très élevé d’accidents cardiovasculaires. En ce sens, l’excès de cholestérol peut (et doit) faire peur. Cependant, nous ne sommes pas tous égaux devant le cholestérol puisqu’il existe des situations à risque et des prédispositions à l’hypercholestérolémie. Si votre bilan lipidique est normal, il n’y a aucune raison d’avoir peur du cholestérol. Une hygiène de vie saine suffit amplement à se protéger contre les risques cardiovasculaires. Dans le cas contraire, un accompagnement médical et nutritionnel adapté permet dans la grande majorité des cas d’enrayer le processus d’athérosclérose et de préserver le coeur.

 

L’hypercholestérolémie c’est quoi ?

L’hypercholestérolémie fait partie des dyslipidémies, elle se traduit par un taux de cholestérol sanguin supérieur aux valeurs normales.  Comme nous venons de le voir, c’est un facteur de risque d’accidents cardiovasculaires. Elle est diagnostiquée à la suite d’un bilan sanguin révélant la présence en trop grande quantité de cholestérol dans le sang. Si certains cas d’hypercholestérolémie sont imputables à l’obésité, à une alimentation anarchique ou encore à une mauvaise hygiène de vie, ce n’est pas toujours le cas. En effet, la synthèse de cholestérol étant majoritairement endogène, de nombreux cas d’hypercholestérolémie sont héréditaires et résultent de dysfonctionnements métaboliques.

 

Que penser des phytostérols ou stérols végétaux ?

 

bon ou mauvais cholestérol

 

Pour surfer sur la vague anti-cholestérol, de nombreux industriels se sont mis à fabriquer des produits enrichis en phytostérols. Les phytostérols, ou stérols végétaux, sont des lipides naturellement présents dans certaines céréales, graines et oléagineux ainsi que dans certains fruits et légumes. Leur structure très proche du cholestérol leur permet d’entrer en compétition avec ce dernier dans l’intestin et d’être absorbé préférentiellement. En conséquence, ils sont particulièrement efficaces pour pousser l’organisme à réutiliser le cholestérol non absorbé et donc pour baisser le taux de cholestérol dans le sang. Sur le marché on trouve donc des huiles, des margarines et des produits laitiers riches en phytostérols.

Bien que relativement efficaces pour baisser la cholestérolémie, les scientifiques recommandent de ne pas en consommer plus de 3g par jour. En effet, certaines études (INCA 2 menée par l’ANSES entre autres) mettent en doute les risques méconnus d’un excès de phytostérols. Car cela pourrait, au même titre que l’excès de cholestérol, provoquer des amas et des plaques au niveau des tissus et des artères. Un comble !

 

Comment faire baisser le taux de cholestérol naturellement ?

Pour éviter les faux pas en matière d’alimentation anti-cholestérol et ne plus faire d’amalgame entre bon ou mauvais cholestérol, la meilleure des solutions reste l’hygiène de vie. En favorisant une alimentation variée, équilibrée et la pratique d’une activité physique vous vous assurerez le maintien d’un poids santé et la prévention des troubles cardiovasculaires. À ce titre, consommez suffisamment de fibres, de graisses de qualité et de végétaux. Au contraire, limitez les produits riches en graisses saturés, en sucre et les produits industriels. Et enfin, bougez ! Pour plus d’informations sur l’alimentation bonne pour le cœur, je vous invite à relire cet article qui contient tout ce que vous avez besoin de savoir !

 

En conclusion, il n’est pas toujours facile de s’y retrouver entre bon ou mauvais cholestérol, et toutes les autres idées reçues sur le sujet ! Avant d’être un ennemi, le cholestérol est indispensable à l’organisme. En excès cependant, il peut être redoutable pour la santé du système cardiovasculaire. Heureusement, il n’est pas nécessaire d’en avoir peur car quelques conseils et une bonne hygiène de vie suffisent généralement à réduire la cholestérolémie et à protéger le coeur.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.