Aliments bons pour le cerveau: boostez votre moral

aliments-bons-pour-le-cerveau

Aliments bons pour le cerveau: boostez votre moral

« On est ce que l’on mange », bien plus qu’un vieil adage, cette phrase reflète en fait une réalité bien plus compliquée qu’elle n’y paraît. A l’essence de la vie humaine il y a le cerveau humain, puis les neurotransmetteurs qui sont indispensables à son fonctionnement. C’est-à-dire notre bien-être, car ce sont eux qui permettent au cerveau de diriger et de communiquer avec le reste du corps. Sans cette étroite relation, nous serions tout juste incapable de vivre. Le cerveau est constitué de cent milliards de cellules nerveuses dites neurones. Les neurones sont parcourus à chaque instant de décharges électriques, acheminant les informations. C’est ce flux qui détermine le processus de pensée et donc d’émotions. Les substances jouant le rôle de neurotransmetteurs sont directement issues de notre alimentation.  Bonne nouvelle, aujourd’hui on vous dit tout sur les aliments bons pour le cerveau !

Alors, quels aliments faut-il choisir pour nourrir son cerveau?

1. On fait le plein d’Oméga 3

Un bon apport en Oméga 3 rend le système neurologique « malléable » de par la fluidité des messages transmis et le recyclage rapide des neurotransmetteurs. Des études scientifiques ont mis en évidence le lien entre consommation de poisson gras modérée à forte, et diminution du risque de dépression sévère, ainsi qu’un faible taux d’oméga 3 dans l’organisme des personnes dépressives.
En pratique, on intègre à l’alimentation :
Des poisons gras 2 à 3 fois par semaine (sardines, maquereaux, saumon, etc.)
De l’huile de lin 2 à 3 fois par semaine, une cuillère à soupe suffit sur une salade.
– Des noix entières tous les jours

2. On intègre des protéines sources de bons acides aminés

L’importance est de varier au maximum leurs sources. En effet, si dans nos sociétés les carences quantitatives se font rares, les carences qualitatives elles sont beaucoup plus fréquentes. On favorisera les protéines sources de tryptophane et de phénylalanine (servant aux synthèses de sérotonine, dopamine, noradrénaline et adrénaline).
En pratique, on veille à intégrer :
– Des œufs, excellente source d’acides aminés, cependant il faut veiller à les choisir de bonne qualité (élevés en plein air ou label Bleu Blanc Cœur).
– De la volaille, une fois par semaine pour son apport intéressant en tryptophane et tyrosine.
– Du poisson, blanc ou gras 2 à 3 fois par semaine.
– Des légumineuses, (lentilles, pois chiches, fèves) excellentes sources de tryptophane.
– Du pain complet pour remplacer le pain blanc
– Des végétaux riches en tryptophane : aubergines, banane, tomates, betterave.

 

aliments-cerveau

3. On mise sur les vitamines B

Elles jouent le rôle de cofacteurs dans la synthèse de nos neuromédiateurs. Mais elles ont aussi des effets sur la fluidité membranaire neuronale et sur la stimulation des neurones. Leur apport est donc indispensable à la vie cérébrale. Pour un apport optimal on veillera à :
– Consommer des légumes secs 3 fois par semaine
– Saupoudrez les crudités de levure de bière ou germe de blé.
– Penser aux graines de lin dans les yaourts, sur les salades, dans les préparations.
– Consommer des fruits de mers ou crustacés idéalement 1 fois tous les 15 jours.
– Préférer les céréales complètes aux céréales raffinées qui contiennent bien moins de ces vitamines.

4. On diversifie pour un apport optimal en oligoéléments

Le cuivre, le zinc, le fer et le magnésium nous sont indispensables, pourtant certains de ces micronutriments ne sont pas assez présents du fait des nombreux raffinages et transformations industrielles subis par nos aliments (c’est le cas du magnésium par exemple).
Pour un meilleur apport, on veille à :
– Consommer des légumes secs 3 fois par semaine
– Manger des noix, noisettes, amandes.
– Intégrer un carré de chocolat noir par jour pour l’apport en magnésium et pour le plaisir !
– Préférer les produits complets non raffinés.
– Consommer des légumes verts au moins une fois par jour, à chaque repas c’est encore mieux!
– Choisir des eaux minérales riches en magnésium en cas de fatigue ou irritabilité (Hépar, Contrex…)

5. On fuit les aliments transformés, trop riches en acides gras saturés et en sucre

Qui n’a jamais eu tendance à se jeter sur un paquet de gâteau en rentrant d’une longue journée stressante et fatiguante ? L’explication est en fait chimique. Le sucre et le gras contenu dans les aliments transformés est un vrai ennemi pour notre cerveau. D’une part parce qu’ils sont addictifs et d’autres part parce qu’ils envoient de faux messages de satisfaction en réponse à un stress. Le cerveau va alors en demander encore et toujours plus. A la clé, le cercle vicieux de la prise de poids et de la fatigue nerveuse jamais calmée. L’un entraînant l’autre, vous l’aurez compris.
En pratique, ayez ces quelques réflexes :
Cuisinez un maximum avec des produits bruts (fruits et légumes, céréales, huiles végétales de qualité, etc.)
– Evitez de consommer des viennoiseries, gâteaux salés ou sucrés, plats préparés au maximum.
Faites simple, plus votre recette sera simple plus vous vous assurerez un bon apport en nutriments. Favorisez les cuissons vapeur ou au four.
Regardez la liste des ingrédients des produits que vous achetez : s’il y a plus de 5 ingrédients laissez tomber, de même si le premier ingrédient est le sucre ou tout autre chose qui y ressemble.

Vous avez désormais les clés pour maitriser en toute conscience le lien entre ce qui se trouve dans votre assiette et votre moral. N’hésitez pas à intégrer ces conseils à votre quotidien et vous devriez obtenir un résultat durable. Et souvenez-vous que l’alimentation n’influence pas seulement votre silhouette mais aussi votre cerveau. Prenez en soin !

Et pour recevoir gratuitement votre e-book Top 5 des Jus Détox, rendez-vous –> ici <– !!!

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *